Eurovision 2017: entretien perso avec Blanche

Le 8 mars 2017, la RTBF et la maison de disque PIAS présentaient officiellement à la presse la chanson qui nous représentera au 62ème Concours Eurovision de la Chanson. « City Lights » est une création électro-pop planante composée par Pierre Dumoulin – chanteur & compositeur du groupe Roscoe – et co-écrite avec la (toute) jeune interprète du titre. Ellie Delvaux – alias « Blanche » – est une ex-concurrente de The Voice Belgique. A 17 ans, elle arbore avec fraîcheur un timide sourire et avoue adorer les fleurs. Entretien perso avec celle qui porte tous nos espoirs à l’heure où la moyenne des bookmakers internationaux place toujours la Belgique dans le top 5, derrière l’Italie, la Bulgarie et la Suède, et juste devant le Portugal…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Blanche (copyright Vincent Bayer @eurovisionlovers)

Nous avons rencontré Blanche dans les salons bruxellois du label PIAS, qui, ensemble avec la RTBF, produit le projet ‘City Lights‘…

– Quelle est la vie d’Ellie derrière Blanche ?

– Je vais à l’école et je suis monitrice dans un mouvement de jeunesse. Et je dessine aussi, à mes heures perdues (euh, je n’en ai plus beaucoup mais bon…). Je dessine beaucoup en classe: je sais faire les deux, me concentrer et dessiner… Je ne fais pas de portraits ni des choses bien définies, disons que je mets en forme des idées qui me viennent, comme par exemple ce dessin sur mon téléphone (une jolie fleur orne la coque de son smartphone).

– On dirait que tu aimes beaucoup les fleurs… Quand on voit ce dessin, ton chemisier et les photos de ta promo, il y a des fleurs partout! Elle est de toi, l’idée de cette photo avec la rose devant ton visage?

PIAS_BLANCHE_creditMARIEWYNANTS_8

– Oui, carrément! Pour la préparation de ce shooting, j’ai envoyé plein de photos d’atmosphères que j’adorais, et c’était à chaque fois avec des fleurs.

– Quelles sont tes influences musicales? 

– J’écoute un peu de tout. Ca ne veut pas dire que j’écoute tous les albums de tous les artistes mais dans ma playlist j’ai vraiment beaucoup de choses différentes, parce que j’adore découvrir. J’aime le chanteur Ry X, Alice on the Roof (elle est un peu de chez nous!), London Grammar, Vianney… Et Fauve aussi, génial, j’écoute ça depuis 3 ans et je ne m’en lasse pas!

– Ces artistes t’influencent-ils dans tes projets artistiques?

– Complètement! Bon, ça dépend quoi évidemment : j’écoute certes Fauve et Vianney, mais on n’entend ni du Fauve ni du Vianney dans « City Lights ». Par contre, dans mes interprétations, je m’inspire des chanteuses que j’aime et j’essaye d’apporter le même genre d’atmosphère.

PIAS_BLANCHE_creditMARIEWYNANTS_5

– Comment est née ta collaboration avec Pierre Dumoulin?

– J’ai participé à la saison 5 de « The Voice Belgique ». Suite à ça, Pierre Dumoulin – le chanteur du groupe belge Roscoe, aussi compositeur – m’a contacté et m’a dit, en résumé: « Je ne sais pas ce que tu comptes faire après mais en tout cas tu as une belle voix »… Il a composé quelques morceaux, me les a envoyés et j’ai adoré! Parmi ces titres il y avait « City Lights ». Il l’a composé en juin et on l’a enregistré en août. A ce stade c’était encore une démo.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pierre Dumoulin (copyright Vincent Bayer @eurovisionlovers)

– A quel niveau es-tu intervenue dans l’évolution de cette démo? Comment as-tu apporté ta patte au titre définitif ‘City Lights’?

Avec Pierre Dumoulin, on a réussi à créer une chanson commune alors que nos histoires sont complètement différentes.

– Déjà avec mon chant (à la base c’était Pierre qui chantait dessus). Je suis un petit peu intervenue au niveau de la musique en essayant, avec mes mots, de faire comprendre ce que je voulais adapter. Par exemple, dans la démo, il y avait deux sons particuliers que j’adorais. Ils ont disparu en cours de route et j’ai insisté pour les réintégrer, ce qui fut fait. Mais de toute façon j’adore ce titre depuis le début et il n’y a quasi rien eu à changer!

Pour le texte, j’ai co-écrit les paroles avec Pierre. A la base il y avait déjà des paroles, que Pierre avait écrites, mais qu’on a revues ensemble. Le thème qu’il avait en tête me parlait totalement. On était sur la même longueur d’ondes, on se complétait, ça c’est vraiment super bien passé! On a réussi à créer une chanson commune alors que nos histoires sont complètement différentes… Moi j’ai 17 ans, lui il a la trentaine et on se retrouve  devant une création qui nous parle à tous les deux, par hasard finalement…

PIAS_BLANCHE_creditMARIEWYNANTS_4

– ça parle de quoi « City Lignts »?

–  « City Lights » raconte les prémisses d’une relation. Le début de la chanson est une situation de doute: qu’est-ce qui va se passer, est-ce qu’on est sûrs?… Puis vient le refrain qui explique pourquoi on aime la personne. La deuxième partie du refrain dit la même chose mais de manière plus insistante. Le texte est progressif: l’amour est arrivé dans l’espace de la ville et à la fin de la chanson c’est « allez on y va, mettons un peu de lumière dans nos vies »…

Quand je dis que ça me parle, ça ne veut pas dire que c’est ma situation actuelle… c’est juste un truc qui me parle…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Blanche (Copyright Vincent Bayer @eurovisionlovers)

– Le projet Blanche, c’est aussi une histoire de famille…

– Oui et c’est génial! Mon frère Oliver – qui est musicien aussi – fait partie du projet. Il s’occupe des médias online, il poste régulièrement des photos pour que les gens voient ce qui se passe. Et mon papa aussi, il prend le rôle de manager. On se fait confiance et je me sens vraiment bien entourée.

– Comment appréhendes-tu cette aventure Eurovision?

– Je sais qu’on a un chouette hôtel avec un bon lit pour que je puisse bien profiter de mes courtes nuit… et qu’il y aura le petit déjeuner à l’hôtel… Bon allez, je rigole! Sérieusement, un truc que j’espère vraiment c’est d’avoir beaucoup de contacts avec les autres candidats. C’est ça que je trouve génial, être parmi des artistes qui viennent d’un peu partout. Je ne sais pas si ce sera le cas mais vu qu’on va vivre la même aventure, ce serait cool qu’on se voie, qu’on discute …

Avec les fans européens aussi, c’est génial de se dire que dans les autres pays, il y’a aussi des gens qui vont m’écouter et seront peut être contents de me voir…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Blanche (copyright Vincent Bayer @eurovisionlovers)

– les fans de l’Eurovision font partie d’un club qui s’appelle l’OGAE, et qui compte une section belge, majoritairement néerlandophone. Ils sont très enthousiastes à propos de City Lights et sont déjà de grands fans de Blanche. Qu’as-tu envie de leur dire?

–  Avec The Voice j’ai d’abord eu un public francophone. Là maintenant, sur les réseaux sociaux, je reçois beaucoup de messages de Flandre.  Il n’y a pas de distinction à faire, j’ai envie de dire la même chose à tous mes fans belges: « soutenez-moi, appelez vos amis de l’étranger et demandez-leur de voter! »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s